top of page

#9 Rétrospective sur mon itinérance professionnelle - Journal de Bord d'une Reconversion

Dernière mise à jour : 15 déc. 2022

Près de 2 années se sont écoulées depuis mon dernier épisode... Ces derniers mois ont été tantôt très calmes, tantôt très éprouvants... Vous voulez que je vous raconte ?



Printemps 2021


Après le programme de La Brèche qui a chamboulé mes paradigmes, je ressens le besoin de tout mettre en jachère... L'année 2020 a été intense, j'ai suivi plein de formations, j'ai gambergé plus que de raison, bref, mes ressources sont épuisées. Alors, je lâche prise. A quoi bon me mettre la pression ? J'ai un emploi en CDI, des conditions de travail confortables, une équipe compétente et chaleureuse. Pourquoi se préoccuper ? Dans mon entourage, on me dit que j'ai de la chance d'avoir du temps, alors... et si j'en profitais ?



Une période de jachère profitable


Comme tous mes collègues sont en encore au chômage partiel, on en profite pour se voir en dehors de l'agence. Ils sont plein de vie et adorent la nature, alors on se balade et on en prend plein la vue :) Je vois aussi beaucoup d'amies en semaine : on fait du ski quand il n'y a personne sur les pistes, des grosses randos où l'on ne croise que des retraités, des virées au spa pour une pause bien-être... Bref, la vie est douce. Je profite également de ma fille qui grandit et de mon conjoint qui s'investit dans un nouveau projet professionnel : il devient co-gérant d'un fournil engagé (levain, fermentation lente, ingrédients bio, zéro déchet...).

Je prends soin de ma maison aussi, pour la décorer et la rendre plus chaleureuse.

Ça sonne comme une évidence mais je réalise que me consacrer à un projet à la fois permet de mieux avancer et mieux valoriser mon investissement.

J'accepte cela et mon projet pro passe au second plan.

> Astuce : J'écoute souvent l'excellent podcast « Change ma vie » de Clotilde Dusoulier qui m'aide à prendre du recul.

Les congés sont nombreux aussi : trek en Vanoise, vacances à l'océan, escapade en Alsace, virée en bord de mer et en montagne...

Encore une fois, je mesure à quel point le voyage fait partie de moi. J'ai besoin de ce que ça m'offre : connexion à moi-même, regard sur les croyances des autres, ralentir et profiter de la nature.

> Je ressens de la légèreté, du lâcher-prise et une pointe de je-m'en-foutisme qui me fait le plus grand bien !



Un nouvel élan sur mon poste actuel !

Progressivement, je reprends goût à mon travail, même au ralentit. Il y a toujours des hauts et des bas, liés au temps partiel, aux horaires décalées avec l'équipe et au chômage annoncé d'un mois sur l’autre. Mais je m'investis à fond dans le projet de voyage durable. Pour cela, je me forme sur la démarche R.S.E (responsabilité sociétale des entreprises) et le tourisme responsable – remerciement spécial pour tous les financements proposés par le gouvernement. Je trouve ça passionnant ! Ça bouleverse tellement de croyances et d'habitudes de travail. Ça nécessite tellement de changer de perspectives... Quelle excitation ! Avec un enthousiasme débordant, j'inscris mon entreprise à un programme européen pour un accompagnement sur la transition écologique. Mon évolution et mes réflexions avancent bon train !

Malheureusement, je me confronte aux freins de l'équipe et aux paradoxes engendrés par une telle démarche. Solitude. Je réalise à quel point mon besoin puissant de convaincre me joue des tours ; il m'empêche d'écouter, de saisir la sensibilité et les leviers chez chacun afin de les faire adhérer aux projets. La colère l'emporte. Elle transpire ma frustration de ne pas pouvoir embarquer tout le monde dans ce projet qui me paraît si stimulant et si enthousiasmant. Quand, enfin, mon énergie remonte, la confrontation avec les autres me fait dégringoler...

Comment maintenir tout du long cet élan ? Comment enclencher le changement ? Je m'inscris à l'excellente formation « Activez la Transition » qui apprend, entre autres, à contourner les biais cognitifs en créant des Nudges verts et invite à la bascule cognitive. J'adore me retrouver avec des personnes ayant la même sensibilité. Ce partage d'expérience et ce soutien me font le plus grand bien.

> Un grand soleil remplit ma poitrine de joie et de fougue ! Je prend note que trouver un cercle de personnes ressource rend la vie plus douce quand le ciel est gris ;)


De tout cela découle un axe d'amélioration sur lequel je dois travailler : l'écoute active pour mieux cerner la réalité et la sensibilité de chacun. Je prends conscience qu'impliquer et faire émerger les solutions de l'équipe sera toujours plus puissant que n'importe quel outil ou action hyper bien pensée... Ça veut dire qu'il faut prendre plus de temps ?! Qu'il faut demander du feedback aux autres, même quand on sait qu'ils sont complètement réfractaires ?! Grggrgr (résistance)... Ça va me prendre un bout de temps avant d'en être capable de faire ça ! J'ouvre discrètement la porte menant aux joies et à la puissance de l'intelligence collective :)

> Pour commencer, je me forme en Communication Non Violente. Les 3 modules ébranlent... C'est vraiment puissant et tellement enrichissant ! Je me sens outillée pour mieux me comprendre et rentrer en empathie avec l'autre. Un vent de douceur allège mon corps et mon esprit...



L'engagement associatif m'ouvre à de nouveaux horizons


Cette remise en mouvement me remplit d'énergie et donne envie de me rapprocher de gens mobilisés en faveur de la justice écologique et sociale. Ainsi, je décide de m'investir localement auprès du mouvement Colibri de ma ville. Il existe un projet de créer un media local pour relayer les bonnes nouvelles et actions favorables pour notre monde. Tellement heureuse de rencontrer ces gens compétents et engagés, je m'implique à fond et élabore un plan de communication.

En plus de cela, je me penche sur un support qui m'attire depuis un moment : le podcast. Totalement novices, avec deux autres filles engagées et pertinentes de l'association, on se lance pour créer un concept et un format : « Rêveils, le podcast des déclics et des rêves des habitants embarqués dans la transition joyeuse » ! A tâtons, nous définissons le ton, le rythme, l'angle et le type d'invités. Je me lance dans l'enregistrement d'épisodes avec des invitées passionnantes. Il faut interagir, débattre, se concentrer pour être à la fois à l'écoute et rebondir de façon pertinente, sans transitions inutiles. Tout cela me stimule énormément. Je me sens vivante. J'adore ! Je découvre aussi les subtilités du montage. C'est très chronophage, mais j'en tire un réel plaisir. J'envisage d'intégrer cet outil dans ma vie professionnelle ! Oui, je trouve ce media interactif, vivant et accessible. C'est clairement une opportunité pour mon job de demain.

Au fil des mois, je vois que la vie associative nécessite un équilibre délicat dans son investissement personnel. Je découvre que les différences d'implication impactent obligatoirement le résultat... Frustration. En revanche, je décide de prendre ce qui m'est utile et ce qui m'enthousiasme. Ce type de projets est une bonne façon de faire émerger tranquillement et sans gros enjeux de nouvelles pistes professionnelles. Stimulation.




Quand sortir de ma zone de confort ?


Au boulot, c'est la débandade : toute l'équipe quitte l'agence par vague... Mon binôme, avec qui je bossais si bien, s'envole vers l'Amérique pour assouvir sa soif de découverte. Mon collègue à l'écoute et toujours fun part lui aussi... Aïe, le moral en prend en coup. Je me sens comme une looseuse, la seule qui reste, qui s'accroche, dans sa zone de confort. Tristesse, déception, mon cœur se recroqueville.

Ça n'est que plusieurs semaines plus tard que je réalise que chacun a sa propre réalité. Que l'élan qui les pousse à partir est bien supérieur au mien car pour le moment, le package horaire-salaire-liberté-proximité de la maison est bien trop lourd dans la balance à cette période de ma vie, en tant que maman d'une petite fille et conjointe d'un entrepreneur. J'accepte – c'est douloureux et soulageant à la fois - que ma transition prenne plus de temps que si j'avais eu 25 ans et que j'étais célibataire, sans attache géographique.

Cette période de tiraillement est inconfortable. La prise de recul permet de s'apaiser, mais elle ne fait surface que trop ponctuellement dans mon quotidien ;)



Cette année aura encore été pleine de rebondissements. Après une période de repos et de déconnexion hautement méritée, je me suis lancée de nouveaux challenges tant au niveau professionnel que personnel. Cela contribue, brique par brique, à construire un projet de vie qui prend forme. Lentement mais sûrement.


Rendez-vous la semaine prochaine pour le dernier épisode !



 

Je suis Aloha Clo, je viens en soutien à la promotion et la valorisation de la méthode de l'Art de l'Itinérance©. Dans ce blog, je partage avec vous le cheminement que je suis lors de ma transition professionnelle. Il s'agit de récits très personnels où je relate les évènements clefs de mes évolutions mais aussi mes pistes de réflexions. J'espère sincèrement qu'ils vous mèneront vous aussi vers les bons questionnements, et, qui sais ?, vers de nouvelles pistes !


Pour reprendre les épisodes dans l'ordre :


Et vous, où en êtes-vous dans vos idées de reconversion professionnelle? Avez-vous explorer de nouvelles pistes? Mes tips vous sont-ils utiles?

> Commentez cet article sur ce blog ou posez des questions sur la page Facebook de l'Art de l'itinérance.



34 vues0 commentaire
bottom of page